Loin de Votre Écran, Sur le Terrain

par Mario Rautner

https://cdn.ttc.io/i/fit/1000/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/il/field-research-cik-illustration.png


En bref: Lorsque vous entrez dans le monde hors ligne, voyons ce qu'il faut faire pour planifier, mener et évaluer vos investigations sur le terrain de manière sûre et efficace.

En termes simples, la recherche sur le terrain ou l'investigation sur le terrain est l'acte de tout type de collecte et de vérification d'informations pour lequel vous devez quitter votre domicile ou votre lieu de travail. Cela signifie que le fait d'aller parler à un⋅e témoin, d'observer une manifestation, de recueillir des échantillons environnementaux (comme de l'eau, de la boue ou des plantes) ou de prendre des photos pour appuyer une investigation fait partie de votre recherche sur le terrain.

La recherche sur le terrain est remarquablement efficace, car elle produit souvent des preuves matérielles telles que des films, des vidéos ou des enregistrements sonores, ce qui peut rendre plus faciles à comprendre jusqu'au questions les plus controversées et complexes.

La recherche sur le terrain s'accompagne généralement d'autres techniques d'investigation et stratégies de recherche. En fait, les investigatrices et investigateurs épuisent souvent leurs recherches via ordinateur avant même d'envisager de se rendre sur le terrain. L'une des raisons provient du fait que les investigations sur le terrain sont parmi les activités les plus longues que vous pourriez mener.

Alors que la recherche numérique ou à distance peut être effectuée assez rapidement, la recherche et l'investigation sur le terrain exigent de planifier, d'organiser le déplacement et transport (d'une marche jusqu'à plusieurs vols coûteux) et de faire l'investigation soi-même avant de retourner chez soi pour analyser les résultats. Les enquêtes sur le terrain peuvent prendre une demi-journée, des semaines, voire des mois.


Note:

Comme la recherche sur le terrain exige plus de ressources, n'y songez qu'une fois que vous avez terminé toutes les recherches sur le bureau et les pistes à distance.

Il est probable que chaque enquête sur le terrain nécessitera différents types de préparation, y compris au sein d'un même projet.

Imaginez, par exemple, de prendre des photos d'un bâtiment pour vérifier la déclaration d'un témoin. La planification et l'exécution de cette activité peuvent varier selon le type de bâtiment − qu'il s'agisse d'une résidence privée ou d'un bâtiment gouvernemental, du siège social d'une entreprise ou d'un aéroport. De plus, le pays, la ville et même le quartier où se trouvent ces bâtiments peuvent faire une énorme différence. Selon les circonstances, il se peut que vous deviez tenir compte de plusieurs variables, même dans le simple but de prendre une photo.

Dans ce guide, nous nous concentrons sur les principes fondamentaux de la recherche sur le terrain et les mesures de sécurité connexes plutôt que sur des instructions détaillées. Nous utilisons deux études de cas hypothétiques, basées sur des activités réelles, pour illustrer comment vous pourriez appliquer ces principes dans divers contextes.


Exemple 1: Analyse de l'eau à la recherche d'herbicides

Ce projet se concentre sur un herbicide qui a été largement utilisé dans la production de soja en Argentine. Après avoir parlé à divers médecins qui ont signalé des cas en nombre élevés de cancer et de malformations congénitales dans les régions productrices de soja, les cherch⋅euses⋅eurs ont soupçonné que des concentrations importantes du produit chimique, qui est souvent appliqué sur de grandes surfaces à partir d'avions, étaient probablement présentes dans l'eau potable utilisée par les collectivités rurales. La recherche sur le terrain consiste à prélever et tester des échantillons d'eau et de plantes et à mener des entretiens dans les communautés affectées. Bien que ce projet soit ambitieux et qu'il prenne beaucoup de temps et que la collecte et l'analyse d'échantillons coûtent de l'argent, il n'en demeure pas moins que les enquêteurs citoyens et les groupes communautaires locaux peuvent y arriver.

Exemple 2: Entrevue avec une source confidentielle

Dans cet exemple, vous avez été informé que de nombreux résident⋅e⋅s de votre communauté soupçonnent que le conseil local n'a pas suivi les procédures légales dans le cadre d'un processus de passation de marché public (ou d'appel d'offres) pour la rénovation de l'école secondaire locale. Les habitant⋅e⋅s pensent qu'un conseiller a essayé de donner le contrat à une entreprise appartenant à un⋅e membre de sa famille. Dans le cadre de l'investigation, vous essayez d'identifier et d'interroger des sources au sein du conseil, afin d'obtenir des preuves de toute corruption possible.

Ces deux exemples illustreront les principes directeurs et les recommandations suivants pour une recherche réussie sur le terrain.

Pourquoi vous avez besoin de recherche sur le terrain

Avec l'augmentation de la disponibilité de l'information en ligne, de plus en plus de recherches peuvent être effectuées à distance, à partir de votre ordinateur personnel ou de votre bureau. Cependant, certaines enquêtes exigent que vous soyez hors ligne et que vous soyez présent⋅e là où il y a des activités de la vie réelle.

La recherche sur le terrain peut vous permettre de recueillir des preuves solides et irréfutables. L'information ainsi recueillie est souvent plus difficile à manipuler, et à mal interpréter, que l'information recueillie en ligne. De plus, les résultats de la recherche sur le terrain peuvent mieux transmettre l'urgence et l'émotion derrière une question. Des preuves telles que des échantillons physiques, des photos, du son et des vidéos peuvent envoyer un message fort et peuvent influencer les auditoires plus efficacement. Pensez par exemple aux preuves montrant que le pétrole et le plastique polluent l'océan. Il est possible de faire des recherches à distance en examinant des données scientifiques ou des images satellitaires, mais les preuves matérielles d'impact de la pollution sur la vie marine peuvent être beaucoup plus convaincantes que les seules données.

Vous pouvez effectuer des recherches sur le terrain à diverses fins, notamment pour:

  • Corroborer le matériel informationnel numérique (comme l'information sur les images satellites).
  • Prélever des échantillons environnementaux (eau, sol ou air).
  • Obtenir, réviser ou copier des documents qui ne sont pas disponibles à distance.
  • Rencontrer et interviewer les sources et les témoins dans leur propre environnement, comme leur domicile ou leur lieu de travail.
  • Identifier de nouvelles sources susceptibles de fournir des informations d'intérêt.
  • Élargir votre compréhension des preuves que vous avez déjà recueillies.
  • Corroborer ou réfuter une hypothèse initiale, un récit ou d'autres preuves existantes.
  • Confirmez l'information sur les produits, comme les codes à barres ou les noms des fabricants, si vous faites des recherches sur la chaîne d'approvisionnement ou si vous étudiez des entreprises (voir notre article sur la Chaîne d'Approvisionnement dans le kit).
  • Rassembler des enregistrements photographiques, vidéo ou audio pour saisir les détails de documentaires ou d'articles.

Compétences dont vous aurez besoin

Comme pour toutes les méthodes d'investigation, il faut du temps et de la pratique pour acquérir de bonnes compétences en recherche sur le terrain. La curiosité, l'adaptabilité, la patience et une bonne dose de prudence sont des qualités précieuses qui peuvent être très utiles sur le terrain.

D'autres caractéristiques que vous devez développer sont:

  • La capacité de s'adapter à l'évolution rapide des circonstances et de prévoir quand une situation peut changer, même dans des situations très stressantes.
  • La capacité de comprendre les risques et de servir de médiat.rice⋅eur, de désamorcer et d'adoucir les situations difficiles. Par exemple, vous pourriez être confronté⋅e à un⋅e agent⋅e de sécurité lorsque vous photographiez un bâtiment dans le cadre de vos recherches. Votre réaction déterminera si vous devrez abandonner ce plan d'action ou si vous parviendrez à tourner la situation à votre avantage et à recueillir des renseignements supplémentaires auprès du gardien, de la gardienne.
  • La capacité d'évaluer de façon réaliste les qualités, les compétences et les faiblesses. En tant qu'investigatrice, investigateur, vous devriez être en mesure d'admettre que vous manquez de compétences et d'être prêt soit à reporter des travaux potentiellement risqués, soit à améliorer vos compétences et vos connaissances afin de les effectuer. Une attitude héroïque fonctionne rarement à long terme et vous expose à des risques plus élevés que nécessaire.
  • La capacité de se fondre dans la masse. Que vous essayiez d'obtenir de l'information de témoins ou d'obtenir des preuves vidéo et photographiques d'endroits difficiles d'accès, vous devez être en mesure d'établir des liens avec les personnes et les endroits que vous rencontrez. La façon dont vous êtes perçu peut rendre les choses plus faciles ou plus difficiles pour vous. De nombreux facteurs démographiques et individuels influent sur la façon dont les autres vous répondent. Voir la dernière section sur les articles de couverture pour plus de détails à ce sujet.

Le cycle de recherche

La plupart des recherches − sur le terrain ou à distance − suivent un cycle de quatre phases:

  1. Planifier − développer une bonne compréhension des objectifs, de la logistique et des risques de votre activité de recherche sur le terrain.
  2. Agir − l'activité réelle de recherche sur le terrain.
  3. Analyser − évaluer les résultats de la recherche et y réfléchir.
  4. Réfléchir − comparer les résultats de votre recherche avec les objectifs de votre enquête. Plus souvent qu'autrement, cela mène à un nouveau plan pour la poursuite de la recherche.

https://cdn.ttc.io/i/fit/800/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/field-research-1-mod.png

Les frontières entre ces phases sont souvent volatiles, en particulier dans le cas de la recherche sur ordinateur et d'autres recherches à distance. Dans la recherche sur le terrain, elles sont beaucoup plus marquées, car vous serez souvent à l'extérieur de votre zone de confort. Que vous les parcouriez consciemment ou instinctivement, il est utile de les suivre et de vous préparer en conséquence.

Planifiez la recherche sur le terrain bien à l'avance, si possible, et tenez compte du temps nécessaire et des risques potentiels avant de vous rendre sur le terrain.

Analysez les résultats du travail de terrain en regardant les vidéos et les images que vous avez prises ou les entrevues que vous avez enregistrées et en examinant toutes les preuves de votre travail de terrain. Prenez des notes et avec l'heure et le lieu des faits ou des déclarations particulièrement importants.

Une fois que vous aurez terminé votre analyse des données probantes, vous serez en mesure de déterminer si vous avez atteint votre objectif de recherche ou si le travail que vous venez de faire soulève d'autres questions et de nouveaux objectifs de recherche. C'est souvent le cas, et si cela se produit, vous pouvez relancer la phase de planification.

En fait, la recherche réelle ressemble beaucoup moins à l'image ci-dessus qu'à l'image ci-dessous.

https://cdn.ttc.io/i/fit/800/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/field-research-2-mod.png

Planification de la recherche sur le terrain

Avec la recherche sur le terrain, vous devez souvent vous rendre et travailler dans des endroits que vous ne connaissez pas bien. Pour augmenter vos chances de réussite, vous devez non seulement vous familiariser avec l'endroit de recherche, mais aussi gérer la logistique comme le transport et les lieux de séjour.

Si vous travaillez dans différents pays, vous devez réfléchir aux questions administratives habituelles liées aux voyages et à l'hébergement, mais aussi porter une attention particulière à votre équipement et à la façon dont vous transmettez les informations vous concernant lors de vos déplacements transfrontaliers. Par exemple, dans certaines régions, les journalistes et les cherch⋅euses.eurs ne sont pas autorisés à entrer sans visa ou laissez-passer spéciaux, de sorte que l'apport d'un matériel d'enregistrement d'évidence ou de disques durs externes peut susciter des soupçons.

Familiarisez-vous avec la géographie de l'endroit où vous allez en utilisant les applications et plates-formes cartographiques disponibles (consultez la section Utiliser les Cartes pour Voir Au-delà du Visible de ce kit pour des recommandations). Dans certains cas, il peut être utile de consulter des forums Internet ou des sites Web spécialisés dans les voyages pour obtenir des informations spécifiques sur les lieux. Par exemple, si vous envisagez de mener une investigation dans un train ou une gare, il existe de nombreux forums où les amateurs de trains / ferrovipathes (trainspotters en anglais) échangent des informations détaillées, y compris des photos et des vidéos. Lorsque vous vous préparez, vérifiez plus de sources d'information et essayez de demander à d'autres personnes qui sont déjà passées par là-bas.

D'un autre côté, ne sautez pas la préparation si vous connaissez déjà l'endroit. Les circonstances peuvent changer, les questions sur lesquelles vous investiguez peuvent créer de nouvelles conditions et de nouveaux risques ou les personnes à qui vous devez parler sont imprévisibles.

Établissez vos buts et objectifs

Votre recherche sur le terrain sera plus efficace si vous vous fixez des buts et des objectifs clairs au préalable. Bien que chaque voyage de recherche soit unique, il existe une sorte de formule pour atteindre un objectif de recherche.

Un objectif de recherche est habituellement un but concret qui décrit ce que vous essayez d'atteindre. Idéalement, cet objectif est SMART:

  • Spécifique
  • Mesurable
  • Accessible
  • Réaliste
  • Temps limité

Par exemple, votre objectif peut être de « recueillir des preuves photographiques de l'arrivée d'un navire qui transport du charbon dans un port maritime en quelques jours ». Un autre objectif pourrait être de « rencontrer et obtenir des documents d'une source confidentielle vous aidant à investiguer sur des décisions suspectes prises par votre conseil municipal sur un appel d'offres pour un projet de construction ».

Un objectif de recherche détaillé sur le terrain vous aidera à:

  • Concentrer vos activités de recherche sur le terrain et augmenter vos chances de succès.
  • Réduiser vos activités pour atteindre votre objectif, travailler plus efficacement et exiger moins de ressources.
  • Diviser votre investigation en étapes distinctes, chacune ayant son propre objectif.
  • Élaborer et appliquer des méthodologies et des techniques de recherche pour améliorer votre collecte de données probantes.

Exemple 1: Analyse de l'eau pour la recherche d'herbicides

Les objectifs de cette investigation sont les suivants:

  • Prélever 50 échantillons d'eau dans des puits privés et publics d'eau souterraine pendant une période de trois semaines après une forte utilisation d'herbicides.
  • Suivre les protocoles d'échantillonnage scientifiques et expédier les échantillons à tester pour les herbicides à un laboratoire accrédité. Notez que ces protocoles peuvent être fournis par le laboratoire que vous avez choisi pour effectuer les tests. Un exemple de manuel d'échantillonnage de l'eau est le Manuel des protocoles pour l'échantillonnage de la qualité de l'eau au Canada (archivé sur Wayback Machine ici).
  • Réaliser et filmer des entretiens avec les communautés locales sur l'impact de la pulvérisation d'herbicides sur leur vie.

Exemple 2: Entrevue avec une source confidentielle

L'objectif de la recherche est d'identifier une personne travaillant à la mairie qui est impliquée dans les appels d'offres du projet, et de la persuader de vous fournir des informations concernant l'appel d'offres pour la rénovation de l'école qui aurait pu bénéficier à un membre de la famille d'un conseiller de cla collectivité locale.

Planifiez vos activités

Une fois que vous aurez défini vos objectifs, vos activités de recherche se mettront en place beaucoup plus naturellement. Dans de nombreux cas, votre recherche sur le terrain se concentrera sur une tâche et vous n'aurez pas toujours besoin d'établir des listes de tâches détaillées. D'un autre côté, si vous prévoyez interroger et enregistrer des témoins, les choses peuvent se compliquer. Vous devez réfléchir plus en détail à l'équipement (enregistreurs, caméras), aux questions à poser et aux couvertures dont vous pourriez avoir besoin.

Pour les projets de recherche plus complexes, il est pertinent d'écrire votre stratégie, les questions auxquelles vous devez répondre, les défis auxquels vous pouvez faire face ainsi que les solutions possibles. Il n'y a pas de format fixe pour cela et vous pouvez le faire de la manière qui vous convient. Gardez à l'esprit que plus votre projet est complexe, plus votre liste de tâches et vos stratégies seront complexes et étendues. Assurez-vous d'inclure qui, dans votre équipe (si vous avez une équipe), est responsable de quelles activités, à quelles dépenses vous devez vous attendre et un calendrier estimatif pour chaque étape ou activité.


Example 1: Analyse de l'eau à la recherche d'herbicides

Dans notre exemple, la planification du projet est longue et prend plusieurs mois. Vous devez vous familiariser avec la procédure d'échantillonnage, obtenir les conseils du laboratoire qui pourrait effectuer les tests et organiser la logistique de l'échantillonnage. De plus, vous devez identifier et interviewer des experts et des membres de la communauté par téléphone avant le voyage. Vous devez également établir des lieux d'essai optimaux à partir des données scientifiques et des conversations que vous pourriez avoir avec le personnel médical et les scientifiques qui sont au courant de l'intoxication potentielle par les herbicides. Dans ce cas, vous pouvez identifier des experts en recherchant des articles scientifiques liés aux problèmes causés par cet herbicide et à son impact sur l'environnement. Souvent, les universitaires sont tout à fait disposé⋅e⋅s à discuter de ces questions et sont alors plus en mesure de recommander des personnes ayant des connaissances pertinentes.

Voici un exemple d'un tableau simplifié avec quelques tâches nécessaires pour l'analyse de l'eau, ainsi que des détails supplémentaires :

Tâche Questions à traiter Activités à mener
Échantillonnage Où tester? Recherche à distance sur ordinateur et par téléphone pour identifier les communautés qui dépendent de l'eau de surface pour boire et cuisiner.
Échnatillonnage Transport et hébergement? Recherchez les meilleures options à distance. Vous avez besoin de réfrigérateurs alimentés par batterie qui sont assez grands pour contenir les échantillons recueillis. Regardez des camping-cars où vous pourriez séjourner pendant la recherche sur le terrain.
Tests Quel laboratoire utiliser? Identifier les laboratoires potentiels (obtenir des devis pour 50 échantillons à tester)
Tests Besoins en équipement et protocoles? Parlez aux laboratoires pour vous renseigner sur les protocoles d'échantillonnage et obtenir des conseils sur l'équipement requis (bouteilles, etc.)
Tests Comment expédier les échantillons? Identifier les compagnies qui sont équipées pour expédier des échantillons scientifiques. Demander conseil au labo.
Interviewer des expert⋅e⋅s et la communauté affectée Besoin d'équipement? CÉtablissez la liste de l'équipement, y compris les appareils photo, les cartes SD, les piles de rechange, les microphones, les chargeurs de voiture, le GPS, etc. Disposer de sauvegardes pour les équipements les plus importants.
Interviewer des expert⋅e⋅s et la communauté affectée Questionnaire pour les personnes interrogées? Élaborez un questionnaire détaillé pour poser les mêmes questions à tous les membres de la communauté affectée. Préparez-vous en discutant avec les sources existantes de ce que les personnes interrogées sont susceptibles de dire sur l'impact des herbicides sur leur santé et leur environnement.
Interviewer des expert⋅e⋅s et la communauté affectée Formulaires de décharge? Préparer des formulaires de renonciation/consentement que les personnes interrogées devront signer. Expliquez à quoi cela sert et ce qu'il advient de l'information qu'ils fournissent. Vous trouverez un exemple d'un tel formulaire sur le site web de l'Orgnaisation Mondiale de la Santé, mais il existe de nombreux modèles et lignes directrices selon l'objectif (entrevue vidéo, sondage, groupe de discussion, etc.) et les personnes que vous interviewez (vulnérables, mineures, etc.). Pour en savoir plus sur le consentement et sur la façon d'y donner suite de façon éthique, consultez la section Entrevues (en anglais) de ce kit.

Exemple 2: Entrevue avec une source confidentielle

Entrevue avec une source confidentielle. L'objectif de cette recherche sur le terrain est d'identifier une personne travaillant au sein du conseil qui est impliquée dans des appels d'offres de projets publics. Vous voulez la convaincre de fournir des informations sur l'appel d'offres pour la rénovation de l'école.

Voici quelques-unes de vos principales tâches:

Tâches Questions à traiter Activitiés à mener?
Identifier le personnel Y a-t-il quelqu'un travaillant au conseil qui est susceptible de parler? Effectuer des recherches à distance pour identifier les personnes qui travaillent au conseil. Vous pouvez utiliser LinkedIn, Twitter ou d'autres médias sociaux pour rechercher le nom du conseil et regarder les personnes qui y sont liées, et recueillir des informations sur leurs antécédents. Assurez-vous d'effectuer cette recherche sans faire l'objet d'un suivi. Confidentialisez vos paramètres de médias sociaux et utilisez le navigateur Tor pour plus de confidentialité lorsque c'est possible. Nous vous recommandons de créer des comptes de messagerie électronique et de médias sociaux distincts à utiliser pour effectuer des recherches en ligne.
Contacter le personnel sélectionné Comment contacter le personnel sélectionné en toute confidentialité? Ne communiquez pas avec le personnel par son courriel ou son numéro de téléphone au travail. Essayez plutôt d'obtenir des courriels personnels ou des coordonnées afin que les conversations demeurent confidentielles et ne soient pas suivies par leurs employeurs. Voir cette ressource du Laboratoire Nieman pour plus d'informations sur la façon de protéger les sources confidentielles.
Interviewer un membre du personnel Où réaliser l'entretien? Identifiez un endroit qui met la personne interrogée à l'aise tout en s'assurant qu'il n'y a aucune chance de rencontrer quelqu'un qu'elle connaît ou avec qui elle travaille.
Interviewer un membre du personnel Besoins en équipement et protocoles? Assurez-vous que votre matériel d'enregistrement fonctionne bien et que vous disposez d'un appareil photo pour prendre des clichés des documents que les personnes interrogées pourraient partager. Un smartphone est probablement suffisant pour cela. Demandez la permission écrite ou enregistrée de vos sources et des personnes interrogées (y compris les sources confidentielles et les dénonciat⋅rices⋅eurs) avant de commencer à enregistrer leurs réponses. Informez-les de la façon dont vous utiliserez leurs mots et de votre intention de les publier. Accepter de protéger leur identité s'ils souhaitent rester anonymes. (Pour en savoir plus sur le traitement éthique de la question du consentement, consultez le guide Entrevues de ce kit.)
Preuves à l'appui Existe-t-il des preuves de corruption dans les documents d'appel d'offres, les dossiers de l'entreprise ou toute autre source d'information ou base de données officielle ? Les documents d'appel d'offres font parfois l'objet de demandes d'accès à l'information, selon les pays. Si vous ne pouvez pas les obtenir au moyen d'une demande officielle, essayez de les obtenir d'une source confidentielle.

Préparez votre évaluation des risques et votre plan de sécurité

La recherche sur le terrain est souvent directe et assez intuitive. Cependant, il y a des cas où elle peut devenir controversée ou dangereuse, et vous devrez évaluer tout risque potentiel avant de partir.


La sécurité d'abord! − Faites vos recherches

Les investigations sur le terrain comportent plus de risques physiques que le travail derrière un ordinateur. Parler aux personnes, filmer ou utiliser certains équipements peut vous rendre suspect dans certains contextes. C'est pourquoi il est essentiel de planifier, d'effectuer une évaluation des risques et d'envisager les conséquences possibles de vos actions, même si vous êtes certain que votre activité est à faible risque.

La sensation d'être « sur le terrain » au cœur des sujets, des cas et des événements que vous étudiez, combinée aux risques, peut vous donner la bousculade. La recherche sur le terrain est passionnante, que vous plongiez dans l'océan, traversiez une frontière étrangère ou exploriez un nouveau quartier de votre ville. L'idée que vous allez enquêter dans un nouvel environnement peut susciter des émotions qui nuisent à une bonne prise de décision.

Pour vous y préparer, vous pouvez créer une liste de contrôle simple pour les tâches quotidiennes de routine. Cela garantit que les choses soient préparées de la même manière tous les jours. Une bonne liste de contrôle est:

  • simple
  • facile à lire, et
  • n'interfère pas avec votre manière habituelle de travailler

Les éléments de la liste doivent être formulés comme des ordres: « Fais ceci », « Emballe ça », « Apporte ça ». Et ils ne devraient pas dépasser une phrase. Voir quelques exemples dans les tableaux de cas ci-dessous.

L'évaluation des risques est un exercice courant dans un certain nombre de disciplines impliquant des activités de terrain, telles que la recherche scientifique, la collecte d'informations par des organisations non gouvernementales ou faire appliquer la loi. Plus votre activité est compliquée et risquée, plus votre évaluation des risques doit être complète. Avant de commencer, assurez-vous d'avoir également un plan d'atténuation ou de réduction des risques. Pour se faire, vous devez trouver des moyens de prévenir, de régler et de résoudre les problèmes qui pourraient survenir. Ce plan peut vous aider à traverser les problèmes potentiels mis en évidence dans votre évaluation des risques.

Comme pour toutes les autres parties de la recherche sur le terrain, il n'y a pas de règles strictes à suivre, mais assurez-vous d'avoir un plan clair établi à l'avance, de savoir qui sont vos contacts importants et quelles personnes ou organisations pourraient vous aider.

Tactical Tech a développé des ressources sur l'évaluation des risques et les façons d'accorder la priorité à la sécurité dans votre réflexion tout en tenant compte des caractéristiques individuelles, des préoccupations, des compétences et des activités - voire notre Guide de Sécurité Holistique (en anglais), particulièrement le chapitre un « Se Préparer ».

Avec plus d'expérience, l'évaluation des risques deviendra plus simple. Mais dans des scénarios de recherche complexes et de nouveaux sites, ou lorsqu'on utilise une nouvelle technique, ou lorsqu'on travaille au sein d'un nouveau groupe, identifier et noter les risques en détail est un exercice salutaire. L'évaluation des risques est toujours subjective : les situations qui vous semblent risquées peuvent l'être moins pour quelqu'un d'autre.

Il existe plusieurs catégories de risques. Leur application à votre cas dépend entièrement du type de recherche que vous effectuez, de l'endroit où vous vous trouvez et de l'objectif que vous vous êtes fixé :

  • Risques environnementaux - Avez-vous vérifié les prévisions météorologiques et vous y êtes-vous préparé ? Votre équipement est-il capable de résister à de fortes pluies ou à une chaleur extrême ? Y a-t-il un risque que les conditions météorologiques aient un impact sur votre objectif ?
  • Risques liés au terrain - Avez-vous les bonnes chaussures et les bons vêtements pour le terrain ? Y a-t-il un risque de chute ? Le paysage aura-t-il une incidence sur votre capacité d'utiliser des caméras ? Si vous travaillez dans l'obscurité, quel sera l'impact du terrain sur votre capacité à le faire en toute sécurité ?
  • Risques liés aux objectifs de recherche - Si vous effectuez des échantillonnages environnementaux, manipulez-vous des matières dangereuses ? Qu'est-ce qui pourrait vous empêcher d'effectuer les travaux de recherche ?
  • Risques juridiques - Votre activité est-elle susceptible d'être considérée comme criminelle dans le contexte de votre enquêteRisques juridiques : ?
  • Risques pour la sécurité personnelle - Êtes-vous susceptible d'être confronté⋅e à des autorités, à des agents de sécurité ou les travailleurs ? Pouvez-vous prédire comment ils, elles pourraient réagir et ce que vous pourriez faire pour atténuer les risques liés à leurs actions ?
  • Risques pour votre identité personnelle et votre santé - Êtes-vous conscient des risques associés à votre identité, votre citoyenneté, votre race, etc. dans le contexte et le climat politique où vous allez ? Vos capacités sportives, votre constitution, votre santé ou vos allergies connues pourraient-elles affecter vos activités ?
  • Risques logistiques - Vos choix de voyage et d'hébergement sont-ils adaptés au terrain et au contexte dans lequel vous allez travailler ?
  • Risques liés aux preuves et aux sources - Si vous opérez dans des zones dangereuses, avez-vous un moyen de protéger et de cacher les preuves que vous avez recueillies, par exemple des sauvegardes sur des cartes mémoire cryptées ? Avez-vous tenu compte des risques auxquels vos sources sont exposées si elles agissent en tant que dénonciateurs, par exemple ?

La sécurité d'abord!

Si votre activité comprend des entrevues avec des sources confidentielles ou vulnérables, assurez-vous de tenir compte des risques auxquels elles sont exposées dans votre évaluation et discutez avec elles des vulnérabilités auxquelles elles pourraient être confrontées pendant leur collaboration avec vous. Consultez la section Entrevues de ce kit pour plus de détails sur la façon de mener les entrevues de la façon la plus sûre possible.

Les évaluations des risques ne sont utiles que si vous êtes prêt à prendre des mesures en fonction des plans et des résultats de votre évaluation. La gestion des risques consiste à prévenir activement les risques et à en atténuer l'impact s'ils se concrétisent. Son but est de minimiser la probabilité (la possibilité que cela se produise), la gravité (l'intensité) et les dommages (les effets qu'il cause) des risques.

Incluez toujours la gravité ou l'intensité des risques dans votre évaluation, car cela vous aidera à créer un plan d'atténuation plus solide. Il est à noter que la gravité du risque n'est pas la même que la probabilité que le risque devienne un problème. Si les risques personnels ou juridiques sont importants ou graves et ne peuvent être atténués adéquatement, vous pouvez envisager de ne pas poursuivre votre recherche sur le terrain du tout.

Le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) a publié un document complet sur la façon d'évaluer et de gérer les risques: Gestion des risques pour les ONG (en anglais). Bien que ces principes ne s'adressent pas spécifiquement aux enquêteurs, ils s'appliquent toujours.

Vous pouvez utiliser le tableau de nos exemples ci-dessous comme modèle pour votre évaluation des risques:


Exemple 1: Analyse de l'eau pour la recherche d'herbicides − évaluation des risques

La sécurité est moins problématique avec cette recherche puisqu'aucune couverture d'identité n'est requise et que votre travail peut se faire publiquement. Néanmoins, vous devez effectuer une évaluation des risques et élaborer un protocole sur la façon d'interagir avec les autorités ou les représentants de l'industrie qui ont un intérêt dans la question.

Type de risque Risques encourus Gravité (1-5) Atténuation
Personnel Confrontation avec des agriculteurs en colère / industrie / fonctionnaires 2 Confrontation avec des agriculteurs en colère / industrie / fonctionnaires
Objectif personnel et de recherche Vol ou perte d'équipement, de données ou d'argent 4 La gravité varie ici en fonction de ce qui a été volé ou perdu. N'emportez pas plus d'équipement que nécessaire, faites des sauvegardes dans les espaces numériques accessibles à distance (cloud) de vos renseignements recueillis dans la mesure du possible, prenez des précautions comme éviter de voyager dans des endroits connus pour la violence et le vol, éviter de voyager seul⋅e.
Aboutissement de la recherche Défaillance de l'équipement 4 Si vous travaillez dans une région éloignée, assurez-vous d'avoir des copies de sauvegarde pour tout l'équipement.
Aboutissment de la recherche Échantillons abîmés, cassés, contaminés 2 Suivre le protocole d'échantillonnage de près, filmer chaque échantillon au fur et à mesure qu'il est prélevé, s'assurer d'avoir un système de chaîne responsabilité et de qualité fonctionnel pour vos échantillons (c.-à-d. un dossier chronologique écrit sur la façon dont le matériel, documents, échantillons et autres preuves, sont traités et par qui).
Risques environnementaux et calendrier De fortes pluies ou une sécheresse peuvent affecter les résultats de l'échantillonnage 2 Parlez au laboratoire d'analyse et aux scientifiques pour savoir quand effectuer la recherche. Prenez note à l'avance des conditions météorologiques locales

Exemple 2: Entrevue avec une source confidentielle − évaluation des risques

Dans ce scénario, les risques de sécurité concernent principalement les personnes auprès desquelles vous essayez d'obtenir des informations, car elles se livrent à des activités de dénonciation. Il vous incombe de protéger vos sources et de mener vos entrevues et enquêtes en fonction de leurs besoins et préoccupations. Ne faites pas pression sur les sources confidentielles pour qu'elles divulguent de l'information ou mènent des activités lorsqu'elles hésitent à le faire.

Type de risque Risques encourus Gravité (1-5) Atténuation
Risque pour la source Risque pour leur emploi 1 Soyez transparent⋅e avec la personne source en ce qui concerne vos intentions et vos objectifs. Laissez-la décider dans quelle mesure elle veut s'engager ou soutenir vos efforts.
Risque pour la source Risque d'être vu⋅e en train de transmettre des informations 3 Choisissez des lieux de rencontre qui ne sont pas proches de leur lieu de travail. Configurez des canaux de communication sécurisés à l'aide de courriels ou d'applications de messagerie ou d'appel cryptés telles que Wire ou Signal si possible.
Risques liés au but de la recherche Les sources peuvent ne pas être disposées à fournir de l'information ou ne pas avoir l'information nécessaire. 5 Cherchez d'autres sources et d'autres moyens d'obtenir des renseignements pertinents.

Avant de partir

https://cdn.ttc.io/i/fit/1000/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/il/field-research_breakdown_01-cik-illustration_new.png

Il est tentant d'aller sur le terrain le plus rapidement possible dans l'espoir de trouver et de recueillir des preuves intéressantes pour votre enquête. Mais si vous n'êtes pas bien préparé, vous reviendrez probablement avec peu de résultats utilisables.

Il y aura des situations où vous n'aurez qu'un seul opportunité de s'engager avec un témoin ou d'observer un événement, une bonne préparation est donc vitale. Pour recueillir les meilleures données probantes, examinez certaines des stratégies ci-dessous.

Pratiquez vos entrevues

Si votre recherche est susceptible d'impliquer des entretiens avec des personnes, vous pouvez simuler et pratiquer cela avec des personnes dans des situations similaires. Envisagez d'effectuer le même type de recherche à un autre endroit à l'avance, en particulier si l'activité est à faible risque. Par exemple, si votre objectif de recherche consiste à obtenir de l'information dans un port, un édifice public ou un chantier de construction, vous pouvez tester votre approche à un endroit semblable mais plus sûr et plus familier. Vous pouvez également demander à un⋅e ami⋅e ou à un collaborateur de confiance de vous aider à jouer un rôle dans diverses situations que vous pourriez rencontrer.

Pratiquez votre méthodologie de recherche

Il en va de même pour les méthodologies de recherche spécifiques. Si vous n'avez jamais prélevé d'échantillons environnementaux, utilisé des drones ou une caméra cachée, ou si vous n'avez jamais fait de recherche sur le terrain impliquant des chaînes d'approvisionnement logistique, par exemple, commencez par pratiquer ces techniques dans des endroits sans rapport avec votre enquête réelle, et dans un environnement à faible risque.

Simulez ce qui pourrait mal tourner

Il est beaucoup plus difficile de mettre en entraînement ce qui pourrait arriver de mal dans votre recherche, car vous voulez généralement éviter de telles situations. La meilleure façon d'y parvenir est d'examiner en détail vos listes de gestion des risques et d'agir avec des personnes en qui vous avez confiance pour résoudre les problèmes potentiels. Par exemple, l'un⋅e de vous pourrait jouer un garde de sécurité en colère. Vous pouvez également vous assurer que vos plans de sécurité et d'atténuation des risques fonctionnent en les appliquant à vos activités quotidiennes.

C'est un peu plus compliqué si vous travaillez surtout seul⋅e. Dans ce cas, essayez de faire un jeu de rôle avec un⋅e ami⋅e de confiance. Dans la même inspiration, vous ne devriez jamais faire de recherche sur le terrain sans contact en cas d'urgence et sans que quelqu'un sache ce que vous faites, vous pourriez vous y entraîner avec cette personne.

Assurez la légalité de vos activités

Il est essentiel de savoir ce qui est légal et ce qui ne l'est pas aux endroits où vous faites vos recherches sur le terrain, et cela devrait être une priorité dans votre gestion des risques. Des choses comme enregistrer secrètement une conversation avec une personne peuvent être légales dans une pays et illégales dans un autre. Ces lois peuvent même varier d'une région à l'autre dans un même pays. D'autres problèmes juridiques fréquents sont les règles concernant la prise de photos et l'enregistrement vidéo, ainsi que l'accès à la propriété publique et privée. Si vous n'êtes pas certain⋅e de la légalité de vos futures activités dans certains contextes, faites des recherches appropriées sur ces lois et demandez conseil à des professionnels du droit.

Notez qu'il y a parfois une différence entre ce qui entraînera probablement votre arrestation ou votre détention et ce qui est réellement illégal. Au lieu de vous concentrer sur la légalité écrite, recherchez des conseils locaux sur les choses qui sont le plus susceptibles de vous mettre sur le radar des forces de l'ordre, et comment vous pouvez éviter cela. Les situations juridiques, même celles impliquant des accusations relativement mineures, peuvent prendre des années à se résoudre et peuvent faire dérailler votre investigation même si vous êtes éventuellement disculpé⋅e.


Astuce :

Les journalistes et le personnel des ONG ainsi que les autres chercheurs travaillant dans les domaines qui vous intéressent sont susceptibles de disposer d'informations pertinentes sur la légalité (ou l'acceptabilité par les autorités) des activités prévues, et peuvent fournir les coordonnées des avocat⋅e⋅s spécialisé⋅e⋅s dans ces questions.

Créez des histoires de couverture

Si vous effectuez des recherches sur le terrain, tôt ou tard, vous rencontrerez des gens qui veulent savoir pourquoi vous êtes là et ce que vous faites. C'est à ce moment-là que, dans certains cas, une histoire qui sert de couverture pourrait être utile. Cela signifie effectivement travailler sous couverture.

L'utilisation d'une histoire de couverture signifie que vous fabriquez une raison, une justification ou une personnalité entière lorsque vous effectuez votre recherche sur le terrain. Les histoires de couverture peuvent aller de simples « excuses » que vous dites à quelqu'un s'il vous demande pourquoi vous faites quelque chose, à des constructions très compliquées qui incluent des antécédents détaillés, qui pourraient même être confirmés par votre identité en ligne si quelqu'un essaie de vous rechercher. Les enquêt⋅rices⋅eurs et les journalistes se servent depuis longtemps des couvertures pour obtenir, dans l'intérêt public, de l'information qu'il est autrement difficile de trouver et de recueillir. Nous ne vous recommandons pas d'utiliser des couvertures si vous êtes débutant⋅e. Une bonne couverture exige de l'expérience et de la préparation, ainsi que des connaissances sur la façon dont divers contextes et personnes peuvent influencer votre collecte de preuves.

Si vous voulez ou avez besoin d'utiliser des couvertures pendant que vous travaillez sur le terrain, voici un certain nombre de détails à considérer :

  • Faire Confiance - C'est probablement l'élément le plus important lorsqu'il s'agit de votre couverture. Vous serez surpris de l'étendue de ce que vous pouvez faire quand vous êtes couvert⋅e en toute confiance.
  • Pratiquer - N'effectuez pas de tâches de recherche qui nécessitent des couvertures compliquées si vous n'avez pas l'expérience des plus faciles. Il y a une courbe d'apprentissage importante et même s'il est tentant de s'attaquer immédiatement à un problème difficile, vous devez devenir compétent dans la recherche sur le terrain, et dans l'utilisation d'articles de couverture en particulier, avant de vous lancer dans des circonstances plus difficiles.
  • Rendre Plausible - Plus l'histoire est plausible ou raisonnable dans un contexte particulier, plus il est probable que des personnes y croiront. Par exemple, si vous prévoyez d'entrer dans un port ou un bâtiment, choisissez le rôle de quelqu'un dont la présence a un sens à cet endroit. Demandez-vous si vous croiriez l'histoire si quelqu'un d'autre vous la racontait et testez-la avec vos ami⋅e⋅s ou collaborat⋅rices⋅eurs de confiance.
  • Concordances de preuves - Ayez des preuves à l'appui de votre histoire. Par exemple, si vous entrez dans une ferme en tant qu' « observat⋅rice⋅eur d'oiseaux », vous pouvez apporter un guide sur les oiseaux locaux avec vous, et avoir quelques photos d'oiseaux locaux sur votre appareil photo. Si votre couverture est celle d'un homme d'affaires ou d'un travailleur, assurez-vous d'en avoir l'air.
  • Connaissances de base - Dans la plupart des cas, vous devriez savoir comment agir en accord avec votre histoire de couverture. Cela peut inclure la connaissance de termes professionnels spécifiques pour rendre votre histoire cohérente. Par exemple, si vous êtes « observat⋅rice⋅eur d'oiseaux » (comme ci-dessus), vous devez en savoir un peu plus sur les oiseaux locaux et les oiseaux en général. Cela signifie aussi qu'il faut du temps pour développer de bonnes couvertures. Dans certains cas, cependant, l'ignorance peut être la couverture elle-même. Bien fait, l'ignorance ou la naïveté peuvent être la clé pour obtenir l'information que vous recherchez ou l'accès que vous recherchez. Dans de tels cas, il est préférable de faire semblant de ne rien savoir, de demander de l'aide et d'obtenir ainsi des renseignements pertinents à votre enquête.

La sécurité d'abord! − Sous couverture

Si vous décidez d'utiliser des couvertures, vous devriez en comprendre les conséquences potentielles.

S'il y a une possibilité que vous soyez interrogé⋅e par les forces de l'ordre, des forces de sécurité, des contrôles aux frontières, etc.. vous devriez considérer avec mesure que mentir à ces personnes est contraire à la loi. Si vous voyagez avec un groupe, vous devriez considérer que tout le monde a la liberté de décider lorsqu'il faudra dévoiler la couverture.

Pour éviter les situations inattendues, vous pouvez convenir à l'avance d'un point de rupture pour votre couverture (et des situations dans lesquelles il ne faut pas la dévoiler) afin d'éviter des problèmes plus importants.

N'oubliez pas qu'une activité pleinement acceptable dans un pays peut avoir de graves conséquences juridiques et personnelles dans un autre. Il est impossible pour nous (ou pour tout autre guide, d'ailleurs) de donner des conseils sur toutes les circonstances locales. Il est donc impératif que vous évaluiez les risques dans votre propre contexte de recherche.

Votre sécurité et celle de votre équipe, de vos sources et des personnes interrogées devraient avoir la priorité sur tout le reste.

Planifiez votre entrée et votre sortie

La façon dont vous quittez votre site est encore plus importante que la façon dont vous vous y rendez − surtout lorsque les choses peuvent mal tourner. Il est crucial que vous connaissiez les environs et que vous ayez un plan pour sortir rapidement. Lorsque vous effectuez des recherches dans des régions éloignées, les environnements naturels tels que les forêts et d'autres régions mal cartographiées peuvent être une tâche difficile et nécessiter une planification minutieuse, y compris l'utilisation des coordonnées GPS (Global Positioning System) − OpenStreetMap, Google Maps, Google Earth, OsmAnd et autres applications de cartographie et géolocalisation peuvent être très utiles pour cela. Apprenez à utiliser ces outils et ces coordonnées géographiques avant de partir. (Voir la section Cartes de ce kit pour en savoir plus à ce sujet).


Astuce:

Si vous travaillez en équipe, convenez d'un ou deux points de rencontre qui ne sont pas à proximité immédiate du lieu de recherche, au cas où vous seriez séparés. Ils doivent être à distance de marche du site de recherche. Si vous êtes seul sur le terrain, vous aurez besoin d'une personne-ressource qui pourra prendre les mesures convenues si vous ne vous présentez pas à des heures convenues à l'avance.

Sur le terrain

Une fois sur le terrain, vous commencerez à vous concentrer sur la collecte des preuves nécessaires pour atteindre votre objectif de recherche. Ces preuves peuvent comprendre des entrevues, des enregistrements sonores, des vidéos et des photographies, des documents ou des échantillons environnementaux. Pour ce faire, vous avez besoin de la bonne technologie et des bons outils.

Technologie

Avoir la bonne technologie fait une énorme différence sur le terrain. Entre autres choses, elle peut vous permettre de voir sur de longues distances, de documenter les déclarations de témoins, d'accéder à des endroits qui seraient autrement difficiles d'accès, et de recueillir et de traiter des preuves sous divers formats.

Toutefois, l'utilité de la technologie dépend de la capacité de l'investigatrice, l'investigateur à l'utiliser correctement. Les meilleurs appareils peuvent s'avérer inutiles si vous ne savez pas comment les utiliser. Lorsque vous considérez que, dans de nombreuses situations, vous n'aurez qu'une seule chance d'obtenir les preuves dont vous avez besoin, il n'y a pas d'apprentissage en cours de manipulation possible. Avant de décider d'utiliser un équipement spécifique sur le terrain, il est essentiel de vous entraîner avec vos appareils et de simuler des investigations et des scénarios.

Il existe de nombreuses situations dans lesquelles les chercheurs portent des appareils qui s'avèrent inutiles parce qu'ils n'ont pas assez pratiqué et ne peuvent pas les manipuler correctement dans une situation stressante. Même les enquêteurs expérimentés peuvent avoir tendance à apporter trop de technologie sur le terrain. Cela ne sert pas nécessairement vos objectifs de recherche et peut parfois vous ralentir. Il existe de nombreux outils pour aider les enquêteurs sur le terrain. Il peut s'agir de caméras de base ou d'équipements hautement spécialisés qui peuvent s'avérer critiques pour des enquêtes spécifiques. Voici quelques-uns des outils les plus courants que vous rencontrerez:

Smartphones

  • Si vous n'avez pas accès à de l'équipement plus spécialisé ou aux fonds nécessaires pour l'acheter, un téléphone intelligent peut répondre à plusieurs ou à tous vos besoins technologiques de base.
  • Vous pouvez l'utiliser comme caméra vidéo et photo, comme enregistreur de son, comme GPS et appareil de cartographie pour enregistrer vos mouvements, comme outil de navigation pour vous rendre à votre emplacement et en revenir, et pour communiquer avec les membres de votre équipe qui pourraient mener l'enquête avec vous. Pour la navigation, investissez dans une application qui a de bonnes cartes (comme des cartes topographiques), pour votre territoire d'intérêt et qui peut être utilisée hors ligne, afin qu'elle soit disponible dans les régions éloignées avec peu ou pas de connexion.
  • Lorsque vous comptez sur votre smartphone, tenez compte de vos besoins en batterie et disposez d'au moins une batterie de rechange (chargée) pour celle-ci.
  • Les smartphones sont limités par rapport aux caméras. Ils n'ont pas de zoom optique, ne fonctionnent pas bien dans des situations de faible luminosité ou d'absence de lumière, ne peuvent pas enregistrer le son à distance, ne permettent pas de communiquer avec les membres de l'équipe lorsqu'il n'y a pas de réception téléphonique ou de WiFi, et soulèvent des problèmes de confidentialité, car ils peuvent recueillir des informations sur vos activités que vous ne voulez pas partager. Consultez le guide de Tactical Tech sur l'utilisation sécuritaire des téléphones intelligents.
  • Si vous comptez sur votre smartphone (ou une tablette) pour recueillir des preuves visuelles, essayez d'utiliser Camera V, une application créée par le Guardian Project et Witness pour capturer et partager des preuves photo et vidéo vérifiables sur un smartphone ou une tablette tout en les maintenant chiffrées. La caméra V enregistre toutes les métadonnées de vos images et est utilisée par les journalistes, les militant⋅e⋅s des droits de l'Homme et d'autres personnes travaillant sur le terrain et dans des situations à haut risque, pour capturer et préserver les preuves des lieux, heures et événements.

https://cdn.ttc.io/i/fit/800/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/field-research-camerav.png CameraV. Source: https://guardianproject.info/apps/org.witness.informacam.app/

Caméras (Superzoom)

  • Il s'agit d'appareils photo de qualité grand public largement disponibles avec des objectifs qui vous permettent de zoomer sur des détails tels que les numéros de plaque d'immatriculation à grande distance. Cela signifie que vous pouvez obtenir des informations pertinentes sans avoir à vous approcher trop près des sujets que vous étudiez, ce qui pourrait réduire vos risques.
  • Les fabricant⋅e⋅s comprennent Canon, Nikon et Panasonic. Les prix peuvent varier de 300 USD à plus de 1 500 USD. Vous pouvez économiser une somme substantielle en achetant de l'équipement d'occasion, mais assurez-vous que l'appareil répond à vos besoins. Assurez-vous d'acheter un appareil photo équipé d'un capteur GPS et activez toujours la géolocalisation lorsque vous prenez des photos. Les positions GPS intégrées peuvent devenir des preuves cruciales pour votre investigation. En même temps, sachez que les métadonnées peuvent, dans certains cas, entraîner des risques pour la sécurité en ce qui concerne la vie privée et la protection des sources lorsqu'elles ne sont pas supprimées au besoin.
  • Sachez également que, sans trépied, les images vidéo et les images fixes seront tremblantes ou floues. Les caméras Superzoom peuvent également remplacer les jumelles dans vos recherches. Voici, par exemple, une vidéo montrant combien de détails vous pouvez voir avec un zoom 60X.

Drones

  • Prendre des images et des vidéos de drones est de plus en plus courant, surtout depuis que les prix des drones domestiques ont chuté ces dernières années.
  • Les drones peuvent être utiles lorsqu'il s'agit d'accéder à des zones qui pourraient autrement être interdites. Cependant, ils sont bruyants et intrusifs, et dans de nombreux cas, les visuels que vous recherchez ne seront visibles que du point du ciel. Néanmoins, les drones sont utiles si vous voulez documenter des enjeux telles que la destruction environnementale à grande échelle (comme l'exploitation forestière, la pollution visible de l'eau ou les dommages causés par le feu) ou si vous avez besoin d'une vue aérienne de propriétés spécifiques.
  • Avant tout, assurez-vous de connaître les zones d'interdiction aérienne locales (certains endroits peuvent même avoir des restrictions légales) et essayez de voler assez haut pour que le drone ne soit pas facilement repérable. Les drones qui survolent la ville rendent les gens suspicieux.

Caméras montées sur ballons ou cerf-volants

  • Ce sont des alternatives aux drones et peuvent être une option plus sûre et plus silencieuse, en particulier dans les zones peuplées ou dans les endroits où un drone pourrait éveiller les soupçons.
  • Public Lab est une organisation spécialisée dans le développement et l'enseignement de méthodes alternatives de collecte de preuves, y compris l'imagerie par cerfs-volants et par ballons, et de diverses méthodes de collecte d'échantillons par la recherche sur le terrain.

https://cdn.ttc.io/i/fit/800/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/field-research-publiclab-kite.png Cartographie avec des ballons. Source de l'image: https://publiclab.org/

Radios bidirectionnelles

  • Les radios bidirectionnelles (walkie talkies) peuvent être extrêmement utiles pour communiquer avec votre équipe lorsqu'il n'y a pas de réception de téléphone cellulaire ou lorsqu'il est impossible d'utiliser un téléphone. Une fois allumées, les radios bidirectionnelles n'ont besoin que d'un seul bouton physique pour fonctionner

Radios bidirectionnelles

  • Les radios bidirectionnelles (walkie talkies) peuvent être extrêmement utiles pour communiquer avec votre équipe lorsqu'il n'y a pas de réception de téléphone cellulaire ou lorsqu'il est impossible d'utiliser un téléphone. Une fois allumées, les radios bidirectionnelles n'ont besoin que d'un seul bouton physique pour fonctionner
  • Si vous les utilisez, il est préférable d'utiliser un casque d'écoute. Sachez que leur plage d'émission se détériore rapidement dans les zones urbaines denses ou les forêts et que vous ne pourrez donc pas les utiliser sur de longues distances. Notez que les applications d'émulation de talkie-walkie, telles que Zello, utilisent toujours les réseaux cellulaires et Internet, et ne remplacent pas les radios bidirectionnelles actuelles.

Appareils GPS portatifs

  • Même si les téléphones mobiles remplacent de plus en plus les appareils GPS portables spécifiques, ils peuvent toujours être utiles parce qu'ils sont souvent très robustes, étanches et résistants même après une chute. Une technique très utile pour établir un lien entre les photos et les coordonnées géographiques est de prendre une photo de l'appareil GPS montrant clairement l'emplacement du sujet qui vous intéresse. Cela peut renforcer la preuve que vous étiez au bon endroit, car les métadonnées GPS des photos prises avec un téléphone ou un appareil photo peuvent être facilement manipulées par ailleurs.

Astuce:

Transportez toujours plusieurs batteries chargées pour chaque appareil. Vous en aurez besoin !

Certaines investigations nécessitent des équipements plus spécialisés. Il pourrait s'agir de kits d'analyse mobiles pour les produits chimiques, la pollution de l'air ou d'autres trousseaux d'échantillonnage de l'environnement. Dans certains cas, des caméras spécialisées telles que des caméras miniatures, cachées ou de vision nocturne peuvent être nécessaires. Prenez le temps de comprendre vos besoins en matière d'investigation et de choisir le bon équipement. Ne sur-équipez pas et évitez d'acheter des gadgets qui peuvent sembler utiles à première vue mais qui sont finalement inutiles.

Preuves photographiques, vidéo et audio

La preuve photographique ou vidéo est très convaincante parce qu'elle constitue une preuve objective, bien qu'elle puisse aussi être modifiée par manipulation. Il y a un large éventail de photos et de vidéos que vous pourriez avoir à prendre au cours d'une investigation, notamment:

  • Extérieurs et intérieurs de bâtiments,
  • Circulations des produits/chaînes d'approvisionnement logistique,
  • Événements,
  • Personnes,
  • Animaux,
  • Documents,
  • Produits de toute nature (produits de consommation, produits industriels, etc.),
  • Vos propres activités pour prouver que vous avez fait ce que vous prétendez avoir fait.

Ces situations peuvent déterminer le type d'appareil photo dont vous aurez besoin. Votre appareil photo de téléphone peut être utile de temps en temps mais aura probablement le potentiel limité dans certains de ces scénarios.

Si vous avez besoin d'enregistrements sonores, les microphones intégrés dans votre téléphone ou votre appareil photo pourraient ne pas être de qualité suffisante, vous devriez donc utiliser un microphone externe. Il existe de nombreux microphones sur le marché et vous devrez rechercher celui qui convient à votre situation. Par exemple, certains peuvent capter le son à grande distance, d'autres sont mieux à proximité, tandis que d'autres encore sont plus aptes à annuler les bruits de fond tels que le vent extérieur ou les sons de climatisation dans une pièce. Demandez à des utilisateurs expérimentés ou consultez les guides en ligne disponibles sur la façon de choisir le microphone qui convient le mieux à votre travail, comme cet article Which Mic Should I Use de la National Public Radio (NPR) des États-Unis.

Il est recommandé d'activer les paramètres de votre appareil photo pour inclure un horodatage, mais assurez-vous que vos appareils sont réglés à l'heure et au fuseau horaire corrects. Activez également la géolocalisation sur vos appareils afin de vous assurer que vos images et enregistrements audio contiennent des métadonnées qui prouvent l'emplacement et l'heure auxquels ils ont été pris.


La sécurité d'abord!

Les métadonnées d'image peuvent révéler plus que vous ne le souhaitez. Il peut être possible pour quelqu'un de les utiliser pour localiser d'autres photos sur Internet que vous ou quelqu'un d'autre avez prises avec le même appareil photo, ou pour savoir où vous vivez si certaines des photos ont été prises dans votre maison. Bien que vous souhaitiez préserver l'information sur l'emplacement dans le cadre de votre preuve, vous devriez également faire preuve de prudence quant à l'endroit et à la façon dont vous partagez les images.

Déclarations de témoins

Nous abordons ce sujet en détail dans les sections Entrevues et Gestion des sources de ce kit, que nous vous recommandons de lire pour vous aider à préparer vos entrevues. En règle générale, n'oubliez pas que lorsque vous interrogez des témoins sur le terrain, que ce soit de manière secrète ou ouverte, leurs déclarations peuvent rarement être considérées comme totalement impartiales. Habituellement, vous devrez corroborer leurs déclarations avec d'autres types de preuves provenant d'autres sources. Voici quelques raisons à cela:

  • Les témoins peuvent être biaisé⋅e⋅s et leurs souvenirs d'événements ou d'informations peuvent ne pas être fiables, délibérément ou non.
  • Certains témoins peuvent consciemment chercher à fournir de l'information biaisée pour vous orienter dans certaines directions ou vous dissuader d'atteindre votre but. Pensez aux équipes de relations publiques et aux conseillers, conseillères en communication qui travaillent pour des entreprises ou des politicien⋅ne⋅s.
  • D'autres témoins peuvent mentir directement ou tenter de dissimuler des informations qui portent atteinte à leur réputation, en particulier s'ils se sentent lésés en tant que sujet de votre investigation.

Bien sûr, plus il y a de déclarations de témoins qui se corroborent les unes les autres (surtout si ces témoins et les personnes interrogées sont indépendant⋅e⋅s les uns des autres), plus vous êtes proches de la vérité. Une preuve filmée par des témoins est généralement considérée comme plus forte qu'une simple preuve audio. Si vous n'avez ni vidéo ni son, la déclaration serait probablement considéré comme une preuve faible. Néanmoins, cela vaut quand même la peine de prendre des notes sur les entretiens, même immédiatement après, si c'est la seule option.

Les documents

Il se peut que vous receviez ou trouviez des documents importants au cours de vos recherches sur le terrain. Faites attention à la façon dont vous les manipulez. Vous pouvez utiliser comme bon vous semble les copies des documents reçus des bibliothèques et des archives ainsi que les documents divulgués par les autorités dans le cadre des demandes d'accès à l'information (par exemple: AIPRP au Canada ou CADA en France). Mais sortir des documents d'un immeuble ou d'autres lieux publics ou privés pourrait avoir d'importantes répercussions juridiques selon le territoire de juridiction où vous vous trouvez.

Parfois, l'endroit exact où vous avez trouvé les documents est important. Par exemple, il y a des pays où le matériel qui a été mis à la poubelle est considéré comme un bien abandonné et peut être pris. Photographier des documents peut être une bonne façon d'avancer, mais c'est une preuve plus faible que d'avoir les originaux. Vous devriez faire des recherches sur ces aspects juridiques dans le cadre de votre planification avant de vous rendre sur le terrain.

Prélèvements environnementaux

Si votre recherche comprend le prélèvement d'échantillons environnementaux, votre planification doit tenir compte des protocoles de prélèvements adéquats. Notez que les règles peuvent être compliquées et exigent beaucoup de soin et d'attention. Si vous ne suivez pas le protocole, vos échantillons pourraient être de mauvaise qualité ou, au pire, être contaminés et donner de faux résultats. L'analyse des échantillons doit toujours être effectuée dans des laboratoires qualifiés auxquels vous envoyez ou donnez vos échantillons. Assurez-vous également de vérifier auprès de ces laboratoires quelles sont les meilleures pratiques à adopter lors du prélèvement d'échantillons sur le terrain.

En sûreté sur le terrain

Comme toujours, votre sécurité et celle de votre équipe sont primordiales lors des recherches sur le terrain. Investissez du temps pour comprendre les risques et faire des recherches sur votre excursion. Une bonne base générale consiste à consacrer au moins une heure à la recherche sur la sécurité pour chaque jour d'excursion sur le terrain.

Idéalement, l'évaluation des risques que vous effectuez avant votre départ vous aura permis d'avoir une idée claire des risques associés à votre recherche et des meilleurs moyens de les atténuer. En plus de cette préparation, nous vous recommandons fortement d'adopter quelques bonnes habitudes

  • Collaboration : Évitez de faire les recherches sur le terrain seul⋅e, sauf pour une recherche élémentaire. Le travail en équipe offre un niveau de sécurité supplémentaire.
  • Code de comportement : Lorsque vous travaillez avec des organisations locales ou une équipe qui vous rejoint sur le terrain, établissez ensemble un code de comportement avec du bon sens à suivre par toutes et tous ainsi qu'une sorte de modèle de médiation pour régler les désaccords ou les choix difficiles. De telles situations peuvent poser des risques pour la sécurité de toutes les personnes impliquées si elles ne sont pas abordées et consenties.
  • Vérifications : Assurez-vous que vous et votre équipe avez quelqu'un⋅e de votre camp qui sait où vous êtes et ce que vous faites. Il serait peut-être bon de communiquer avec quelqu'un⋅e à de chez vous ou avec quelqu'un de votre équipe au moins une fois par jour. Selon la situation, cela peut être au début de la journée, à la fin de la journée ou les deux. Si cela devient trop difficile ou trop long à maintenir sur le terrain, envisagez d'utiliser des logiciels ou des applications qui partagent votre emplacement. Cependant, gardez à l'esprit que le partage de votre emplacement peut s'avérer problématique si vous soupçonnez que vous êtes sous surveillance.
  • Code pour embuscade : Lorsqu'on travaille sur le terrain, il est recommandé d'avoir un message non flagrant en cas de besoin de code d'embuscade. Il s'agit d'un mot, d'une expression ou d'une phrase visant à indiquer que quelque chose ne va pas ou que quelqu'un⋅e vous force à agir contre votre gré. Ce mot devrait être plutôt un mot de sûreté qu'un langage codé. S'il est entendu par des personnes de l'extérieur, le code d'embuscade doit être bénin et non alarmant. Il peut même s'agir du nom d'une personne qui, si glissé dans la conversation, signifie que quelque chose ne va pas. Si vous travaillez en équipe, le code d'embuscade devrait être convenu à l'avance. Le code d'embuscade peut être partagé avec quelqu'un de chez vous avec qui vous êtes susceptible de communiquer lors de vos vérifications.
  • Réaction d'urgence : Avant votre départ, convenez avec votre contact à l'enregistrement des mesures à prendre si vous ne vous présentez pas à l'heure ou si vous lui avez signalé un problème.
  • Identification : Lorsque vous travaillez sur le terrain, vous êtes un étranger, une étrangère pour les autres. Cela peut rendre difficile de prouver qui vous êtes et quelles peuvent être vos motivations. Si vous ne travaillez pas sous couverture, préparez des documents ou des extraits de votre travail et de vos projets antérieurs ou mettez du contenu en ligne à votre disposition pour le montrer. Si vous êtes journaliste ou scientifique travaillant sur le terrain, il peut être judicieux d'apporter une copie d'une accréditation ou d'une carte de presse. Présentez ces documents dans la langue et les coutumes locales dans la mesure du possible. Apportez des copies de vos documents de votre état civil et de votre itinéraire de voyage dans un format non numérique au cas où vos appareils se briseraient ou se perdraient. Cependant, faites preuve de discrétion lorsque vous révélez des documents d'identification, car vous pourriez rencontrer des personnes qui n'apprécieraient pas la présence d'investigatrice, d'investigateur. Ne montrez vos documents que lorsqu'une preuve d'identité est nécessaire pour établir la confiance d'un groupe de personnes avec qui vous aimeriez communiquer.
  • Sécurité de l'information : Si les enregistrements que vous avez pris sont rares, litigieux ou difficiles à obtenir, envisagez de mettre des cartes mémoire factices dans votre équipement afin de pouvoir afficher du matériel « inoffensif » si on vous le demande. Gardez vos preuves cachées. C'est aussi une bonne idée de faire de multiples copies de vos preuves, de les placer à divers endroits et avec des contacts de confiance.
  • Santé : Si vous avez d'autres préocupations personnelles, comme des problèmes de santé ou des allergies, prévoyez-les. Fournissez ces renseignements aux personnes de confiance avec qui vous travaillez et faites des plans en cas d'urgence.
  • Assurance voyage : Lorsque vous travaillez sur le terrain, essayez de contractualiser une assurance auprès de fournisseurs qui travaillent avec des investigatrices et investigateurs, des cherch⋅euses⋅eurs, des journalistes, etc. Ils devraient offrir une couverture pour les objets perdus, les complications de voyage, l'évacuation médicale vers un hôpital qui peut vous traiter, l'évacuation non médicale vers un lieu sûr ou une ambassade si vous faites face à des risques de sécurité et, en cas de décès, le rapatriement au pays.

L'exemple ci-dessous peut aider à illustrer comment mettre en place et appliquer des mesures de sécurité.


Exemple 1: Analyse de l'eau pour la recherche d'herbicides et interview

Étant donné que ce projet doit suivre des directives scientifiques pour le prélèvement d'échantillons, il exige que vous conserviez les échantillons d'eau refroidis à des températures spécifiques et conservés dans les bouteilles d'échantillonnage appropriées. Ce qui n'est pas facile à faire en voiture, et les tests pour cet herbicide ne peuvent être effectués que dans des laboratoires accrédités que vous devrez atteindre d'une manière ou d'une autre. Les cherch⋅euses⋅eurs devront utiliser un camping-car ou une caravane afin d'assurer un espace frigorifique et un contrôle de température adéquats. De plus, le prélèvement de chaque échantillon sera filmé et photographié, les coordonnées GPS des puits d'eau seront enregistrées et un numéro sera attribué à chaque échantillon. Ce numéro correspond à une base de données contenant les coordonnées GPS, l'heure à laquelle l'échantillon a été prélevé, le résultat de tous les tests effectués sur place (pH, température, etc.) et toute information générale sur le site de prélèvement. Des entrevues avec les personnes qui utilisent l'eau potable seront également menées et enregistrées, et reliées aux échantillons.

En rentrant au bercail

https://cdn.ttc.io/i/fit/1000/0/sm/0/plain/kit.exposingtheinvisible.org/il/field-research_breakdown_02-cik-illustration_new.png

Une fois que vous avez recueilli des informations sur le terrain, il est temps de rentrer chez vous, de les analyser et de filtrer ce qui peut constituer une preuve pour votre projet. Pour un rappel sur la manière de passer de l'information ou des données à la preuve, consultez la section Les Ingrédients d'une Investigation dans notre Kit.

Il est essentiel de bien organiser vos informations brutes, vos preuves et vos résultats lorsqu'il s'agit de les analyser. Cela signifie que lorsque vous rentrez chez vous, vous devez copier des vidéos et des photos, télécharger toutes les coordonnées GPS que vous avez enregistrées, copier ou numériser tous les documents que vous avez obtenus, préparer des échantillons environnementaux pour les envoyer aux laboratoires, etc. Il est préférable de le faire tout de suite, lorsque vos souvenirs de recherche sont encore frais.

Au cours de certaines enquêtes, vous pouvez prendre des centaines de photos et des heures de séquences vidéo. Pour les garder organisées, créez une base de données qui répertorie les images, les noms de fichiers, les lieux où elles ont été enregistrées, les coordonnées GPS et une description de ce qu'elles montrent. Ce processus s'appelle l'enregistrement des données. De même, pour les vidéos, vous voulez une base de données qui affiche les horodatages et les descriptions associées des informations clés qui peuvent être vues aux moments cruciaux de la vidéo. Cela prend beaucoup de temps au début, mais cela vous en fera gagner beaucoup par la suite et vous assurera d'avoir toutes les preuves que vous pensiez avoir. Si vous ne le faites pas, vous accumulerez rapidement des archives chaotiques et vous devrez les consulter plusieurs fois pour trouver l'information que vous cherchez.


Astuce:

Vous pouvez importer toutes vos photos géolocalisées dans Google Earth en utilisant un logiciel comme Geosetter. Pour en savoir plus sur l'utilisation des cartes dans les investigations, consultez la section _Utiliser les Cartes pour Voir Au-delà du Visible) de ce kit.


Sécurité de la chaîne de possession et de l'information

Pour éviter d'endommager ou de contaminer les documents et les données sur le terrain, pensez à sauvegarder tout ce que vous pouvez dans un format qui sauvegarde à la fois les données et les métadonnées, comme EXIF (format de fichier image interopérable). Il peut être utile d'examiner comment régler la partition média ou matérielle de votre ordinateur ou de votre disque dur en lecture seule, de sorte qu'il soit impossible de modifier ou de supprimer les informations de sauvegarde. Cela le protégera de toute suppression ou modification intentionnelle ou par erreur. Il est recommandé d'avoir un processus méthodique et des listes de contrôle pour l'enregistrement et l'extraction des documents depuis, et aussi vers, votre ordinateur ou votre disque externe.

N'ajoutez ou ne manipulez jamais l'EXIF ou d'autres métadonnées et géodonnées des versions originales des images ou des documents que vous avez pris. La modification de ces informations peut nuire à l'exactitude et à la crédibilité de vos données et, par conséquent, à l'ensemble de votre investigation.

Les notes de votre processus d'enregistrement des données, des bases de données et des registres chronologiques contiennent souvent des informations sensibles. Élaborez un bon processus de chiffrement, d'archivage, de stockage et de destruction (si nécessaire) de ces documents, surtout après la fin de l'investigation et si vous craignez que ces données ne soient mal utilisées ou ne posent des risques pour votre sécurité, celle de vos collaborat.rices⋅eurs ou de vos sources. Soyez tout aussi prudent⋅e lorsque vous révélez à d'autres personnes des métadonnées d'images sensibles issues de votre investigation.

Nos exemples peuvent illustrer la meilleure façon d'aborder votre matériel d'investigation à votre retour:


Exemple 1: Analyse de l'eau pour la recherche d'herbicides

Pour ce projet, vous avez pris des centaines de photos. Vous avez relié chacune d'elles à un endroit et à l'échantillon d'eau spécifique que vous avez obtenu. De plus, vous avez mené de nombreuses entrevues qui ont donné lieu à de nombreuses heures d'enregistrement. Après avoir terminé la recherche sur le terrain, vous avez regardé toutes les séquences vidéo et transcrit les passages clés que vous pourriez utiliser plus tard dans une base de données.

En raison de la nécessité de refroidir les échantillons d'eau et de la forte probabilité qu'ils se dégradent, vous avez dû organiser plusieurs envois d'échantillons vers les laboratoires pendant les recherches sur le terrain. Cela signifie des déplacements supplémentaires importants.

Exemple 2: Entrevue avec une source confidentielle

Si vous avez pu obtenir des renseignements de votre source confidentielle, vous devrez peut-être protéger leur identité. Ce que vous aurez à faire dépend des souhaits de votre source et du type d'informations que vous avez reçues d'elle. Dans ce cas, la source souhaite rester anonyme, mais vous a fourni des documents du comité d'appel d'offres qui ont été imprimés au conseil local. Dans ce cas, il est important de savoir si les documents imprimés peuvent être retracés jusqu'à votre source (par exemple grâce aux registres de l'imprimante du conseil municipal), et d'être au courant des codes d'identification de machine qui sont imprimés sur les documents. Consultez cet article de la BBC sur la façon dont les imprimeurs peuvent ajouter des identificateurs aux documents, et comment cela peut affecter les dénonciateurs.

Quelle est la prochaine étape ?

Il est temps de refaire l'examen du but de votre recherche, de déterminer si votre objectif a été atteint et de déterminer si vous pouvez tirer des conclusions de votre travail. Sinon, vous devrez peut-être répéter votre recherche (si cela est possible), ajuster vos stratégies de recherche et adopter un objectif plus réaliste, ou rechercher différents types de preuves.

Ne vous attendez pas à ce que votre recherche sur le terrain soit couronnée de succès dès le premier essai. Même si vous avez été formé⋅e, si vous avez de la pratique et si vous avez effectué des simulations au préalable, être sur le terrain quand avec des enjeux importants est une situation très différente. Il y a toujours un élément de chance ou de hasard.

Si vous n'avez pas atteint votre objectif, prenez le temps de comprendre pourquoi. Il peut y avoir des raisons évidentes qui sont hors de votre contrôle. Il se peut qu'une source ne se soit pas présentée ou que les conditions météorologiques vous aient empêché de réaliser vos plans. Dans la plupart des cas, cependant, vous serez en mesure d'apprendre de vos erreurs et d'acquérir de l'expérience pour la prochaine fois. Même lorsque vous réussissez, il vaut la peine de réfléchir aux leçons apprises et aux façons de vous améliorer.

Vous vous rendrez peut-être compte que vous devez améliorer votre couverture ou que vous devez travailler sur votre confiance en vous. Vous pouvez également vous rendre compte que votre équipement n'a pas fonctionné comme vous le souhaitiez, soit à cause de limitations techniques, soit à cause de votre manque de connaissances et de compétences.

Bien qu'il soit frustrant de rentrer à la maison et de constater que vous n'avez pas obtenu tout ce que vous vouliez, vous devez savoir que c'est à peu près la norme. Si vous travaillez en équipe, vous devriez avoir confiance en vous pour vous critiquer les uns les autres. Beaucoup de bons chercheurs ne sont jamais satisfaits de leurs résultats de recherche et de leurs stratégies, et ils pensent toujours à des façons de s'améliorer.


Exemple 1: Analyse de l'eau pour la recherche d'herbicides

Dans ce projet, tous les échantillons que vous avez testés n'ont montré aucun résidu de l'herbicide que vous avez testé. C'était quelque peu inattendu et non conforme à la littérature scientifique. Bien qu'il puisse y avoir diverses raisons à cela, comme la dégradation des échantillons, l'impact des conditions météorologiques ou l'absence d'épandages récents d'herbicides, on ne sait toujours pas pourquoi cela s'est produit, malgré des examens détaillés. Cependant, les entrevues que vous avez menées auprès des communautés locales et des experts ont révélé des préoccupations importantes et des observations constantes au sujet de la pulvérisation à grande échelle de l'herbicide. Quelques années plus tard, l'herbicide est déclaré illégal dans de nombreux pays et dans de nombreuses communautés, y compris certains endroits où vos recherches ont eu lieu, en raison de la probabilité qu'il soit cause le cancer.

Exemple 2: Entrevue avec une source confidentielle

Dans cette situation, vous avez pu rencontrer une source potentielle mais les preuves obtenues n'étaient pas assez solides pour prouver un acte de corruption. Compte tenu du nombre limité de personnes qui avaient accès à l'information, vous avez décidé que le risque pour le dénonciateur, dénonciatrice était trop grand, et les preuves trop faibles, pour que cette stratégie de recherche puisse se poursuivre. Vous devez maintenant trouver d'autres moyens d'obtenir des preuves si vous décidez de poursuivre l'enquête.


Publié en octobre 2019

traduit par Xavier Coadic

Ressources

Articles et Guides

Outils et Base de Données

  • Easy Voice Recorder, l'application d'enregistrement vocal pour Android.
  • Geosetter, l'outil pour incorporer des photos géolocalisées dans des cartes, disponible uniquement sur Windows.
  • Locus Maps, l'application de cartographie et de navigation hors ligne pour Android.
  • Meilleures applications et outils pour enregistrer des interviews téléphoniques ou Skype, par le réseau international de journalistes (IJnet). Des méthodes et des outils d'enregistrement de conversations lors de recherches et d'enquêtes (copie archivée sur Wayback Machine disponible ici.
  • Photographie aérienne à faire soi-même, proposé par PublicLab (copie archivée sur Wayback Machine disponible ici.
  • Umbrella Security par Secfirst.org. Un manuel de sécurité fonctionnant comme une application open source sur votre téléphone, disponible sur AppStore, Google Play, Amazon Appstore et Fdroid.
  • Voice Recorder, l'application d'enregistrement vocal pour Android.*

Glossaire

term-appareilgps

Appareil GPS portable - Un appareil à usage unique qui fournit des informations précises sur l'endroit où l'on se trouve et qui peut parfois cartographier la région.

term-cartetopo

Carte topographique - Carte montrant l'altitude du terrain et fournissant des informations supplémentaires utiles pour la navigation, en particulier en milieu sauvage ou dans les zones non urbaines.

term-chainerespo

Chaîne de responsabilité - L'historique documenté du traitement, y compris cocernant la personne qui est en possession d'un élément de preuve ou d'un document. Ce terme est souvent utilisé dans les affaires juridiques lorsqu'il s'agit de preuves, mais il s'applique également aux preuves dans les investigations et aux échantillons environnementaux. Il s'agit essentiellement d'un enregistrement chronologique de la façon dont le matériel (documents, échantillons, autres preuves) est traité et par qui. Elle documente chaque étape du transfert de contrôle et de l'analyse des preuves. Il est important qu'il n'y ait aucune lacune dans la chaîne de possession.

term-codeembuscade

Code pur embuscade - Mot ou phrase destiné à indiquer que quelque chose ne va pas. Il peut être utilisé pour contacter un ami/collègue/parent pendant votre absence.

term-mic

Codes d'identification des machines - Filigranes sous forme de taches jaunes (ou autres) laissées par les imprimantes ou les photocopieuses sur les papiers qu'elles traitent. Ils ne sont pas visibles à l'œil nu, mais peuvent être découverts en les examinant de plus près et permettent d'identifier les dispositifs utilisés pour imprimer/scanner/copier des documents. Voir la recherche sur le sujet

term-corroborer

Corroborer - Confirmer et vérifier les mêmes informations ou données provenant de sources multiples.

term-foi

Demande d'accès à l'information - Le processus de demande d'accès à l'information et de réception d'information de la part d'institutions ou d'entreprises publiques en fonction des procédures et des formulaires établis. Ce processus et cet accès sont régis par la loi sur l'accès à l'information.

term-echantillonenviron

Échantillon environnemental - Échantillon de toute matière prélevée dans une source environnementale comme l'eau, l'air ou le sol.

term-datalog

Enregistrement des données - processus consistant à conserver divers types d'informations organisées dans une base de données qui répertorie des détails tels que les noms de fichiers, leur contenu, leur source, l'heure à laquelle ils ont été obtenus, les titres des images et une description de ce qu'elles montrent, les métadonnées comme les lieux où elles ont été enregistrées, les coordonnées GPS, les horodatages, etc.

term-formationdeescalade

Formation à la désescalade - Ateliers ou autres ressources qui enseignent aux participant⋅e⋅s comment utiliser le langage (y compris le langage corporel) pour diffuser le comportement agressif des autres.

term-fromconsent

Formulaire de renonciation/consentement - Formulaires qui autorisent l'utilisation d'informations ou de médias provenant d'entrevues, ou qui démontrent que vous avez fait preuve de diligence raisonnable en expliquant les risques possibles associés à la participation à votre recherche.

term-gps

GPS - Système américain (USA) de satellites de navigation qui permet aux utilisateurs de déterminer leur position sur terre.

term-antecedents

Historique des antécédents - L'explication de ce que vous faites et pourquoi. Elle peut être véridique, fidèle sur le plan technique ou composé. Un arrière-plan plausible pour votre histoire de couverture, y compris avec des preuves à l'appui.

term-couverture

Histoire de couverture - Semblable à une histoire de fond, mais généralement inventée ou fortement déformée. Il peut s'agir d'un personnage ou d'une histoire qui aide des chercheurs à obtenir de l'information. Les bonnes couvertures ont des antécédents plausibles.

term-jurisdiction

Juridiction - Une zone géographique couverte par une autorité légale spécifique.

term-foi

Législation sur l'accès à l'information - Lois et règlements qui régissent l'accès des citoyen⋅ne⋅s à l'information dans un pays ou une région, et qui précisent exactement ce qui est considéré comme de l'information d'intérêt public et ce qui ne l'est pas (par exemple, ce qui est considéré comme un secret d'État, un secret commercial, etc). Voir AccessInfo's Right To Information (RTI) pour plus de détails.

term-metadonnees

Métadonnées - Information qui décrit les propriétés d'un fichier, que ce soit une image, un document, un enregistrement sonore, une carte, etc. Par exemple, le contenu d'une image est constitué des éléments visibles qu'elle contient, tandis que la date à laquelle l'image a été prise, l'emplacement et les informations relatives au dispositif constituent ses métadonnées.

term-corroborant

Preuve corroborante - preuve supplémentaire à l'appui d'autres preuves déjà obtenues. Tout ce qui appuie l'histoire d'un⋅e témoin ou votre compréhension de la signification d'autres renseignements. En substance, permet de confirmer les mêmes renseignements provenant de sources de données indépendantes ou de personnes interrogées.

term-rechercheterrain

Recherche sur le terrain - Tout type de recherche qui doit avoir lieu à un endroit précis ou de façon plus pratique.